Nous sommes au mois de mars. Il fait encore froid, gris, il pleut et l’été semble beaucoup trop loin ( désolée si t’es déjà en pleine déprime hivernale). Mais vous savez ce qui me donne la pêche ? (et c’est le cas de le dire ^^) ? J’ai commencé les semis pour mon potager bio ! Ça vous paraîtra peut être idiot mais moi ça me met en joie ! Si vous aussi vous avez envie de vous lancer dans un potager cette année mais que vous n’avez pas encore commencé, il est encore temps 🙂 Que vous soyez en ville ou à la campagne, tout est possible ! Pas d’excuses, certains légumes et aromates poussent très bien en pot 😉 Par ailleurs un petit article sur le potager de ville (balcon/ rebord de fenêtre), vous intéresserait-il ?

2017, première année pour mon petit potager bio

Fleurs de tomates potager bio

Mes deux petits carrés potager sont installés depuis au moins 5 ans, mais ne sont en service que depuis l’année dernière, j’ai honte… La motivation me prenait toujours en juin – juillet, vous savez quand on a envie de se faire de bonnes salades bien fraîches ! Malheureusement à cette période de l’année c’est un peu tard pour se lancer. L’année dernière, ça m’a pris d’un coup, une petite lueur de génie au mois de mars, et je suis partie acheter mes petites graines.

Toute contente de moi, je suis revenue avec des graines de :

  • Tomate cerise
  • Courgette (hein comment ça, ça prend une place monstre ces trucs la?)
  • Concombre (voir juste au dessus)
  • Laitue
  • Persil et de ciboulette
  • Carotte

Mais aussi :

  •  4 fraisiers gariguette
  • Des œillets d’inde (internet m’avait dit que c’était cool pour éviter que mes pieds de tomate soient envahis de pucerons).
  • Un pied de menthe

Résultat; nous avons mangé 4 fraises, 3 courgettes et beaucoup beaucoup de tomates cerises. On ne se moque pas, merci. N’empêche, j’ai appris plein de trucs grâce à cette maigre récolte. D’abord, on ne laisse pas ses petits pieds de concombre comme ça, sans protection. Boom, en deux secondes, un chien passe dessus et plus rien. Nada. Ensuite, les carrés potagers sont censés être remplis de terre, ils ne sont pas là juste pour faire joli. Mais bon ça c’est trop tard, maintenant que j’ai planté mes fraisiers, je resterai ridicule avec mes carrés pendant les 4 prochaines années.

Et puis bien sûr j’ai dû m’adapter. Oui oui, j’ai vraiment cru que mes pieds de courgettes et mes concombres allaient loger dans mes deux carrés minuscules, avec le reste. Enfin, c’est en faisant des erreurs qu’on apprend, n’est-ce pas ? On ne dirait pas comme ça, mais réaliser un potager, qui plus est sans aucun pesticides et en s’inspirant de la permaculture demande de connaître et de digérer de nombreuses informations.

2018, mes semis

Pousse d'artichaut en godet

Petite pousse d’artichaut deviendra grande

Cette année, j’ai prévu de cultiver des :

  • Artichauts
  • Tomates
  • Tomates cerises
  • Courgettes
  • Melons
  • Laitues
  • Carottes
  • Fraises et framboises
  • Aromatiques (persil et ciboulette).

En février au potager

Au mois de février, je me suis quelque peu réveillée et j’ai décidé de faire un petit tour du jardin. J’ai semé en godets les graines d’artichauts et quelques petites salades. J’ai aussi planté en pleine terre les framboisiers que j’avais acheté.

Pour finir, j’ai également préparé une nouvelle zone de culture en la délimitant avec du bois et en la recouvrant de tonte, de foin et de feuilles selon cette méthode :

Mars au potager : c’est parti pour le printemps

En mars j’ai planté directement au potager les petites laitues que j’avais semées en février. Pour avoir fait l’expérience de n’en avoir mangé aucune l’année dernière (merci les escargots) , j’ai décidé cette année d’en planter plus que nous n’en avons besoin. Je n’ai pas envie de me résoudre à les tuer (même avec des méthodes naturelles) alors je me suis faite à l’idée qu’il y aurait de la perte.

Le mois de mars au potager bio est bien rempli ! Voilà ce que j'y fais

Mars c’est également le mois des semis ! Il y a énormément de choses que vous pouvez semer à cette période (que votre potager soit bio ou conventionnel) mais je vous conseille vivement d’attendre la fin du mois pour vous y mettre, surtout si vous n’êtes pas dans le sud de la France. En effet, on replante ses semis en pleine terre environ 5-6 semaines après, mais il faut attendre la fin des gelées pour le faire. Si vous êtes trop pressés, vos semis vont passer trop de temps en godets et ils n’aiment pas vraiment ça. Encore pire, vous allez les planter trop tôt, ils vont se prendre une bonne petite gelée sur le coin de la tête et dans ce cas là, vous pouvez leur dire adieu. Soyons patients !

Il y a quelques jours j’ai donc commencé à semer tomates, courgettes, melons, concombres. Je ferais quelques autres semis pour ces mêmes légumes début avril. Ils sont pour l’instant au chaud dans ma maison en attendant de germer. Comme mon potager est petit, je sème en godets (1 graine par godet) et j’ai 90 % de réussite environ. Je n’éclaircis pas, je garde tout !

Par ailleurs si vous êtes en ville et n’avez qu’un espace restreint pour jardiner, je vous conseille de regarder du côté de chez Mon petit coin vert qui est une box adaptée à vos besoins. Tous les trimestres, vous recevez une box avec graines, livret explicatif, sac géotextile et même le terreau nécessaire pour les semis !

Mes bonnes résolutions potager 2018

Potager bio

Et oui cette année j’ai décidé de prendre des bonnes résolutions pour mon petit potager bio. Les voici :

Je couvre le sol avec ce que je trouve dans mon jardin (foin, feuilles…) et je n’achète rien pour cela

L’année dernière j’avais acheté en jardinerie du paillis de lin. Cela m’a permis de débuter et je l’ai même terminé cette année. Cependant, il n’est souvent pas nécessaire de toujours acheter. Notre jardin regorge de matières parfaites pour cela (tonte séchée, feuilles mortes etc.).

Pour information, couvrir le sol avec de la matière organique permet d’obtenir un sol vivant et donc en bonne santé, ce qui est primordial lorsqu’on a un potager. De plus, le paillis permet de limiter les arrosages en réduisant l’évaporation de l’eau. Si l’on observe la nature, la forêt par exemple, le sol n’est jamais à nu. Il y a toujours une plante, un arbre, des feuilles mortes…et ce n’est pas pour rien.

Je ne m’arrête pas au potager d’été : cet automne et cet hiver aussi nous mangerons de bons légumes du jardin

Et oui l’été passé, j’ai lâchement abandonné mon jardin et mon potager. Cette année, je souhaite tenter un petit potager d’hiver. Je vous en donnerai des nouvelles.

Je récolte les graines de mes légumes pour les planter les années suivantes.

Chose que je voulais déjà faire l’année dernière mais que j’ai également zappé : la récolte de mes propres graines. Il est en fait assez facile de récupérer les graines de ses propres légumes pour les replanter les années suivantes. Cela permet de faire des économies non négligeables et surtout, les graines sont d’années en années mieux adaptées à notre terrain et à notre mode de culture. C’est tout bénéf quoi !

Et voilà, j’en ai terminé pour ce premier épisode « potager bio ». Si vous souhaitez plus d’informations sur un sujet, un article explicatif sur une technique ou autre, n’hésitez surtout pas, je me ferais un plaisir de vous répondre avec mes petites connaissances de jardinière débutante.

 

Et vous, vous avez un potager ? Vous avez commencé vos semis ?

Laissez un commentaire avec votre compte Facebook !