Ça y est le mois de mai tant attendu est lancé, c’est parti pour une belle saison au potager ! Le mois de mai est très riche. Il y a beaucoup de choses à faire et à découvrir. Pour ma part je suis toute excitée quand vient la mi-mai de pouvoir enfin planter mes semis et de les regarder sereinement pousser.

Planter en pleine terre

C’est ce que l’on attends depuis des mois : les courges, tomates et autres semis que l’on a chouchouté depuis des semaines peuvent enfin être plantés en pleine terre. Pour ma part j’ai attendu que les Saints de glace soient passés pour planter mes plants. En jetant tout de même un œil à la météo, ne soyons pas trop téméraires =) Pour rappel, certains légumes comme les tomates par exemple sont assez frileux et peuvent mourir en cas de température trop basse (- de 5°). Il faut donc prendre son mal en patience et attendre que tout risque de gelée soit passé pour planter vos légumes au jardin. Si par exemple vous êtes en montagne, il est fort probable que vous ayez à attendre la fin mai.

On met en place nos plants

Ça y est, il n’y a plus de risque de gelée dans votre région, vous pouvez enfin vous mettre aux plantations au potager. Si vous ne savez pas comment faire, voici ma façon de procéder :

  • A l’aide de vos mains (si la terre est bien décompactée et vous n’avez pas peur des vers de terre c’est hyper simple), ou à l’aide d’un petit transplantoir, creuser un petit trou à l’endroit que vous avez choisi de planter.
  • Si c’est un légume qui a besoin d’un tuteur, pensez à bien l’installer dès le début. Bien sûr, vous pourrez l’installer également après, mais c’est beaucoup plus simple de l’installer à ce moment là.
  • Au fond du trou, vous pouvez mettre de la consoude si il en pousse dans votre jardin. Les vers de terre vont venir se nourrir et cela va apporter de la potasse à votre culture. Sinon ce n’est pas grave du tout, vous pouvez tout à fait vous en passer.
  • Déposer dans le trou votre plant de légume, puis recouvrir avec la terre
  • Au pied, vous pouvez mettre une poignée de compost si vous en avez
  • Remettez en place le paillage (Oui parce que votre potager est paillé n’est-ce pas ? Sinon ce n’est jamais trop tard pour commencer!)
  • Arrosez. Je vous en dis plus dans le paragraphe en dessous.
framboisier avec premières framboises

Les framboises arrivent également

L’arrosage

Dès la première année, j’ai utilisé la méthode qui consiste à arroser beaucoup dès la plantation. Quand je dis beaucoup, c’est 3 ou 4L par plant ; il ne faut pas avoir peur d’y aller !

Le but, c’est de rendre les plants autonomes en eau dès la plantation. L’eau va pénétrer en profondeur dans la terre et les racines vont suivre l’eau. En début de saison, il faudra arroser régulièrement puis espacer après. Les plants seront bien enracinés et lorsqu’il fera très chaud, ils auront besoin de beaucoup moins d’eau (voir pas d’eau du tout avec un bon paillage). Veillez à utiliser de l’eau à température ambiante pour éviter un choc thermique en utilisant de l’eau trop froide. L’année dernière après début juillet, je n’ai plus eu besoin d’arroser une seule fois ! On verra ce que ça donne cette année ; je vous en reparlerai.

Pour éviter les maladies, pensez également à bien arroser au pied et non sur les feuilles ( gare notamment au mildiou sur les tomates).

Et pour finir, l’arrosage de nos légumes et de toute autre plante d’ailleurs, se fera plutôt le matin tôt ou le soir tard, notamment en période de grosse chaleur. Cela permettra aux plants de bien profiter de l’eau, qui n’aura pas l’occasion de s’évaporer à la vitesse de l’éclair.

Mai au potager bio : Plantation, culture en lasagne et pommes de terre

Le miracle de la nature

Ceux qui compostent auront peut être l’habitude de ce genre de chose mais pour ma part c’est une grande première qui m’a rendue toute contente ! Plusieurs plantes ont poussé spontanément dans mon potager. Notamment des courges (je ne sais pas encore de quelle sorte) et des pommes de terre. C’était un peu la fête quand j’ai vu ça ! Sauf que ..6 plants de courge quand on a un tout petit potager et que l’on avait pas du tout prévu ça, c’est un peu comme planter un chêne sur un balcon, vous voyez ? Mais, ne pouvant me résoudre à sacrifier ou à donner ces plants qui avaient réussi à pousser malgré le gel et à se débrouiller seuls, il me fallait trouver une solution. C’est alors que m’est venue une idée : et si je réalisais ma première butte de permaculture ! Il me fallait juste une zone assez grande pour accueillir mes courges, et je me débrouillerai pour le reste. C’était parti !!

Pied de pomme de terre

Petit pied de pomme de terre

Ma première butte : La culture en lasagne

Pour cette toute première butte, j’ai choisi de m’essayer à la culture en lasagne. La culture en lasagne, si vous ne connaissez pas, c’est l’art de succéder les couches de matière carbonée et azotée puis de terre pour former notre lasagne. Le but ? Pouvoir cultiver ses légumes n’importe où, sans préparation de la terre, tout en utilisant intelligemment ses déchets verts. C’est censé être hyper productif et permettre de cultiver rapidement. Pour moi qui devait créer un espace de culture en hâte, je me suis dit que c’était idéal. Je connais ce mode de culture depuis quelques temps mais n’avait pas encore osé me lancer, c’est désormais chose faite. Je vous en reparlerai dans les mois suivants, voir comment cela a évolué.

La culture en lasagne c'est pouvoir cultiver ses légumes n’importe où, sans préparation de la terre, tout en utilisant intelligemment ses déchets verts. Cliquez pour tweeter

Pour réaliser une culture en lasagne, vous devrez superposer :

  • 30 cm de matière carbonée (feuilles mortes, paille, carton…)
  • 10 cm de matière azotée (feuilles encore vertes, tonte, épluchures de légumes…)
  • 10 cm de matière carbonée
  • 10 cm de matière azotée
  • Entre 10 et 20 cm de terre ou terreau
  • Paillage sur le dessus

Butte permaculture lasagne

On ne s’en rend pas compte comme ça, mais il faut tout de même beaucoup de matière organique ! Pour ma part j’ai mélangé un peu tout ce que j’ai pu : cartons, tonte, foin, feuilles mortes…C’était un vrai défi de trouver assez de matière pour terminer ma petite butte ! J’ai hâte de voir ce que cela va donner =)

Mes pommes de terre sur gazon

Je sais vous en rêviez, je vais vous donner des nouvelles de mes pommes de terre. Oui, vous savez, celles que j’ai posé à même l’herbe comme ça et que j’ai vaguement recouvert de compost (l’histoire de mes pommes de terre est ici). Et bien elles ont poussées héhéhé ! Vous en doutiez hein ?

A l’heure actuelle, j’ai seulement remis un peu de tonte afin de les buter. Rendez vous en septembre pour savoir combien de pomme de terre j’ai récolté ! Suspense !

Et vous qu’avez vous fait au jardin potager en ce mois de mai ? J’ai hâte d’avoir vos retours !

Laissez un commentaire avec votre compte Facebook !